Des hackers russes ont infiltré le réseau électrique américain et ils auraient pu provoquer des coupures massives

Des hackers russes qui revendiquent des “centaines de victimes” auraient réussi à pénétrer dans des systèmes informatiques d’installations électriques américaines.

Ces hackers auraient eu recours à des pratiques somme toute communes pour compromettre les fournisseurs des centrales électriques, selon des responsables du département américain de la Sécurité intérieure (DHS) qui se sont confiés au Wall Street Journal. Via des e-mails de hameçonnage et des faux sites, ils ont pris possession des identifiants de ces sociétés pour pénétrer dans les systèmes informatiques des installations électriques.

Les hackers en question appartiendraient à un obscur groupe précédemment appelé Dragonfly ou Energetic Bear, qui serait financé par le gouvernement russe. En 2017, l’entreprise de sécurtié informatique américaine Symantec s’était déjà fait l’écho d’activités de piratage russes dans le secteur de l’énergie aux États-Unis.

Alors, est-ce que tout cela est vraiment grave ? “Ils sont arrivés au point où ils auraient pu provoquer des coupures”, a expliqué Jonathan Homer, un responsable du DHS. C’est donc sérieux. Et il se trouve que les attaques, débutées en 2016, pourraient se poursuivre, d’autant que certaines victimes ne savent toujours pas qu’elles ont été l’objet d’une cyberattaque.

Pour rappel, des pirates informatiques russes ont attaqué le réseau électrique ukrainien en décembre 2015 et provoqué un black-out pour près d’un quart de million de personnes. Cela n’avait duré que quelques heures mais n’était peut-être pas encore ce que l’on pouvait voir de plus gros en terme de cyberattaque. Et si la Russie n’avait réalisé qu’un test en Ukraine ?

Les responsables du DHS ont expliqué que le réseau électrique américains était la cible des pirates informatiques russes depuis 2014, mais que le nombre de victimes ne se comptait jusqu’ici qu’en douzaines. Cette fois-ci, il en aurait eu des centaines.

Après leur rencontre cordiale à Helsinki, Donald Trump pourrait peut-être poliment demander à Vladimir Poutine si la Russie est effectivement derrière ces attaques, qui pourraient un jour causer la paralysie de villes américaines et avoir des effets sur l’économie du pays.

Via Mashable avec France24

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*